Découvrez la 1ère carte cadeau Zéro Déchet : Ethi'Kdo 🎁

Comment faire un potager d'intérieur dans votre appartement ? Tutoriel en 6 étapes

faire potager interieur appartement

Apprécier la saveur inégalable d’une salade de tomates maison, connaître l’immense fierté de récolter ses propres légumes en toutes saisons directement dans son appartement… Autant de sources de joie qui sont aujourd’hui accessibles à tous et à toutes, et ce, même sans posséder d’espace extérieur.

Le potager en intérieur répond ainsi à un besoin grandissant de se reconnecter avec la nature, même en pleine ville, tout en agissant activement en faveur de l’écologie ainsi que du pouvoir d’achat. Alors, comment réussir à cultiver et entretenir un potager d’intérieur ? Quelles sont les clés de la réussite, et à quoi faut-il s’attendre ? Découvrez ici tous les meilleurs conseils pour donner vie à ce projet pas comme les autres.

Étape 1 : Choisir les plantes adaptées

Les légumes et herbes qui poussent en intérieur

Contrairement à de nombreuses idées reçues, la liste des fruits, plantes aromatiques et légumes pouvant être cultivés en intérieur est particulièrement généreuse. Bien que quelques critères de sélection doivent être scrupuleusement étudiés avant de faire votre choix, il est tout à fait possible de profiter d’un potager intérieur au rendement appréciable tout en vous initiant au plaisir du jardinage sans grande difficulté.

Pour une culture en intérieur, dans un appartement, on privilégiera ainsi les végétaux faciles à vivre, ne prenant pas beaucoup de place, et qui proposent une possibilité de récolte régulière.

plante aromatique potager interieur

Les plantes aromatiques sont sans aucun doute les éléments les plus faciles à cultiver dans un potager d’intérieur, et leur grande diversité vous offre une large gamme de choix très appréciable :

  • La menthe
  • Le basilic
  • Le persil
  • Le cerfeuil
  • La ciboulette
  • Le thym
  • La verveine
  • L'origan
  • La sauge

Au niveau des fruits et légumes, le choix est également vaste :

  • Les radis
  • Les mini-carottes
  • Les épinards
  • La laitue
  • Les mini-piments
  • Les tomates cerises
  • Le mesclun
  • Les aubergines
  • Les courgettes

Autant de magnifiques possibilités qui s’offrent à vous !

fruit legume potager interieur

Les critères pour bien choisir vos plantes ou fruits et légumes

Espace disponible

La question de la place disponible dans votre intérieur est absolument primordiale et incontournable avant de faire votre choix. Certaines plantes peuvent rapidement devenir envahissantes venues à maturité, c’est pourquoi il est essentiel de bien vous renseigner sur leur taille définitive, une fois leur pousse venue à maturité.

Besoin en lumière et eau

Il est également préférable de vous pencher sur les besoins en lumière et en eau de votre futur potager d’intérieur avant de jeter votre dévolu sur une plante aromatique, un plant de fruits ou de légumes.

Rendement de la plante

Prêtez aussi une attention toute particulière au rendement proposé par les plantes de votre potager intérieur. L’espace restreint que vous leur offrirez risque de freiner leur production naturelle, il est donc plus intéressant de vous orienter vers de végétaux capable de produire régulièrement de nouvelles feuilles, fruits ou légumes.

Au niveau de l'espace, le choix des mini légumes, comme les petits piments, les radis, les tomates cerises et les mini-carottes est donc bien souvent privilégié dans un souci d’économie de place. Le plant d’aubergine, quant à lui, peut facilement atteindre un mètre de haut arrivé à pleine maturité : il s’agira donc d’une option préférable si vous possédez un espace de culture intérieur spacieux. Les salades, comme le mesclun et la laitue, sont au contraire parfaitement adaptées à une culture dans de petits espaces : très peu envahissantes, elles ne nécessitent qu’une installation dans un pot de taille modérée. Les plantes aromatiques sont très peu encombrantes, et sont donc particulièrement appréciées par les jardiniers d’intérieur ne pouvant leur offrir qu’un espace restreint. À vous donc de faire le bon choix en fonction de l’espace disponible, mais également de la place que vous souhaitez accorder à votre potager intérieur.

Au niveau des besoins en lumière et en eau, certaines plantes telles que les tomates cerises nécessitent un arrosage très régulier, de l’ordre de deux à trois fois par semaine environ, les mini-piments sont bien moins gourmands en eau, car il est nécessaire de patienter jusqu’à ce que leur terre sèche correctement avant de les arroser à nouveau. De la même manière, les mini-piments adorent les emplacements très ensoleillés, tandis que les radis préfèrent la fraîcheur et la mi-ombre. Il est donc très important de vous renseigner en amont de votre choix pour vous assurer d’offrir à votre potager la juste quantité de lumière et d’eau permettant de favoriser son développement.

Au niveau du rendement, les salades en sont un excellent exemple : celles-ci produisent petit à petit de nouvelles feuilles, que vous pouvez couper au fur et à mesure de vos besoins, tout en leur permettant de se régénérer rapidement.

Le potager en intérieur répond ainsi à un besoin grandissant de se reconnecter avec la nature, même en pleine ville, tout en agissant activement en faveur de l’écologie ainsi que du pouvoir d’achat. Alors, comment réussir à cultiver et entretenir un potager d’intérieur ? Quelles sont les clés de la réussite, et à quoi faut-il s’attendre ? Découvrez ici tous les meilleurs conseils pour donner vie à ce projet pas comme les autres.

Étape 2 : Préparer l’espace de culture

Trouver l’emplacement idéal

Trouver le bon emplacement pour votre potager d’intérieur est absolument primordial pour favoriser la réussite de votre projet : la lumière naturelle étant un véritable facteur de croissance pour les légumes, fruits et plantes aromatiques , il est tout naturellement important de choisir un emplacement proposant une luminosité importante.

L’idéal est donc d’installer votre potager à proximité immédiate d’une fenêtre orientée ouest ou est. Évitez le soleil direct, sauf pour certaines cultures particulièrement friandes de ce type d’exposition, au risque de brûler vos jeunes pousses.

Habituellement, la cuisine est l’endroit privilégié pour une telle installation : cette pièce est bien souvent lumineuse et correctement ventilée, tout en proposant un taux d’humidité agréable pour vos plantations. Bien entendu, si vous avez la chance de posséder un balcon ou un rebord de fenêtre aux dimensions généreuses, foncez : vous ne trouverez pas de meilleur emplacement.

Conditions climatiques intérieures

Ni trop chaude, ni trop froide, ni trop humide, ni trop sèche… L’ambiance climatique intérieure nécessaire pour la réussite de votre projet est plutôt précise. On préconise habituellement une température comprise entre 18 et 22 degrés en journée , ainsi que de 15 degrés environ au cours de la nuit. Un taux d’humidité compris entre 40 et 50 % est également indiqué.

Ne vous inquiétez pas outre mesure si les températures chutent un peu plus bas que prévu ou montent légèrement au-dessus de 22 degrés. De la même manière, un petit surplus d’humidité n’est pas forcément néfaste, il est simplement nécessaire de privilégier une installation dans un espace correctement aéré.

Les plantes sont bien plus résistantes qu’on ne le pense, l’essentiel étant de ne pas trop les stresser en leur proposant un environnement climatique le plus agréable possible.

Étape 3 : Choisir les contenants et le matériel

Les potagers d’intérieur tout-en-un

Manque de place, difficulté à apporter un taux de luminosité ou d’humidité approprié, autant de problématiques qui peuvent facilement être atténuées grâce à l’utilisation d’un potager intérieur tout-en-un. Les modèles tels que le potager d’intérieur  « Click & Grow »,  « Véritable Smart » ainsi que le « Lilo » sont deux excellents exemples de potagers d’intérieur nouvelle génération , qui s’imposent aujourd’hui comme une bonne alternative aux potagers faits maison en appartement. Arrosage automatique, lumières LED basse consommation, intégration de substrat avec graines et nutriments… Les options possibles sont nombreuses et peuvent s’avérer très utiles pour les jardiniers en herbe n’ayant pas encore la main verte.

Le plus accessible
Click & Grow Smart Garden 3

Click & Grow Smart Garden 3

🚰 Arrosage automatique
💡 LED à spectre complet, cycle 16h allumé / 8h éteint
⚡ Consommation énergétique : 8W (environ 9€ / an)
💧 Réservoir d'eau : 1,2 litre, remplissage toutes les 2-3 semaines
🌿 Inclus : 3 capsules de basilic
📱 Application mobile
📏 Hauteur de la lampe ajustable
🏡 Design épuré et moderne
🇪🇪 Entreprise estonienne
★★★★☆ (1099 avis)
Acheter chez Amazon 99,00 €
Le plus populaire
Potager Lilo

Potager Prêt à Pousser Lilo

🚰 Arrosage automatique
🌿 Technologie Flo2at : Optimise l’oxygénation des racines
💡 LED basse consommation
⚡ Consommation énergétique : 4.5W au printemps, 6.5W en été (environ 6-7 € / an)
💧 Réservoir d'eau : 75 cl, autonomie jusqu'à 2-3 semaines
🌱 Inclus : 3 capsules de démarrage (Basilic, Basilic Citron, Ciboulette)
📱 Application mobile
🇫🇷 Entreprise française
★★★★☆ (588 avis)
Acheter chez Amazon 119,00 €
Le plus efficace
Potager Véritable® SMART

Potager Véritable® SMART

🚰 Arrosage automatique
💡 LED à spectre optimisé, cycle 16h allumé / 8h éteint
🌞 Technologie ADAPTLIGHT™
⚡ Consommation énergétique : 9,5W (environ 6-7€ / an)
💧 Réservoir d'eau : 2 litres, autonomie jusqu'à 4 semaines
🌱 Inclus : 4 Lingots® offerts (Basilic, Persil, Ciboulette, Thym)
📏 Hauteur de la lampe ajustable
🇫🇷 Conception et Fabrication française
★★★★☆ (82 avis)
Acheter chez Amazon 139,99 € 199,90 €

🎍 Les pots et jardinières

Plusieurs types de pots et de jardinières de dimensions variées vous sont proposés dans le commerce. Chaque pot possède ses propres avantages, limites et inconvénients.

Il est donc essentiel de vous orienter vers le modèle le plus adapté à votre culture ainsi qu’à vos préférences personnelles. Voici quelques éléments à considérer afin de faire le meilleur choix :

  • Le pot en terre cuite : sa matière poreuse permet une bonne aération de la terre et des racines, évitant ainsi l’accumulation d’humidité. Cette caractéristique le rend cependant plus sensible à la casse ainsi qu’à la détérioration naturelle. Aussi, le pot en terre cuite assèche assez rapidement la terre de votre potager, il est donc nécessaire que vous adaptiez l’arrosage en fonction de ce paramètre.
  • Le pot en plastique : contrairement aux idées reçues, le pot en plastique se prête très bien à la culture d’un potager intérieur. Résistant, souple, celui-ci tolère bien l’humidité, qu’il a d’ailleurs tendance à retenir, et parfois en excès. Ici également, il est donc nécessaire d’adapter l’arrosage en accord avec cette information.
  • Le pot en tissu ou géotextile : une option très appréciée pour ses nombreuses qualités. Aération de la terre, régulation naturelle de la température, atténuation du risque de surchauffe des racines en cas de forte chaleur… Le pot en tissu est idéal pour la culture potagère. Cependant, l’arrosage de vos plantes devra être plus conséquent, car le géotextile laisse l’humidité s’échapper rapidement. À noter également que cette option n’est pas la plus esthétique.

Les principaux soucis d’accumulation indésirable d’eau dans le fond de votre pot peuvent être évités en perçant un petit trou en dessous de celui-ci. L’eau en surplus pourra alors s’écouler après chaque arrosage (déposez dans ce cas votre pot sur une petite soucoupe ou dans un cache-pot que vous viderez et nettoierez régulièrement). Vous avez également la possibilité de déposer quelques centimètres de matière drainante dans le fond de votre pot, comme des billes d’argiles ou du gravier, afin de favoriser l’évacuation de l’eau en surplus.

Quelle que soit la solution que vous adoptez, gardez à l’esprit qu’un mauvais drainage de l’eau peut entraîner bien des soucis pour votre potager : maladies, bactéries, moucherons ou autres indésirables, pourriture des plants, et donc une impossibilité de récolter les légumes, fruits et aromatiques tant soignés !

potager interieur vertical

Supports et étagères

Cette solution est idéale pour les espaces restreints, mais également pour maximiser l’apport de luminosité à vos plantes, tout en favorisant une bonne aération entre les différentes cultures. Adaptable aux pièces intérieures, aux balcons ou petites terrasses, la culture à la verticale possède de plus une esthétique très appréciable !

Vous pouvez, dans ce but, installer votre potager intérieur sur des étagères positionnées les unes au-dessus des autres. Si vous avez la chance de posséder un balcon, vous avez la possibilité d’opter pour un mur végétal tout prêt, dans lequel vous n’aurez plus qu’à installer vos pots.

💡 Éclairage

Vous trouverez facilement dans le commerce différents types de lampes de culture, spécialement conçues pour vous permettre de maximiser le confort de vos plantes en cas de luminosité intérieure insuffisante.

  • Les lampes LED sont bien souvent préconisées, de par l’économie d’énergie proposée et leur simplicité d’utilisation. Elles sont davantage recommandées pour les plantes ayant un cycle de croissance relativement court, mais peuvent s’avérer insuffisantes pour les légumes et fruits nécessitant un apport de luminosité très élevé.
  • Les lampes fluorescentes ne sont pas particulièrement appréciées pour la culture d’un potager intérieur, à cause de leur grande consommation d’énergie.
  • Les lampes de culture en bande : celles-ci possèdent l’avantage d’être accessibles et disponibles dans une belle variété de dimensions.

Rappelez-vous que les plantes cultivées au sein de votre potager intérieur sont habituellement installées en extérieur ou proches d'une fenêtre : elles bénéficient donc de la luminosité naturelle près de 12 heures par jour, au minimum. Les lampes intérieures destinées à booster la luminosité apportées à vos pousses devront alors apporter de l’éclairage pendant 12 heures par jour, au minimum, jusqu’à 18 heures maximum.

Étape 4 : Semer et planter

Les techniques de semis en intérieur

Plusieurs options s’offrent ici à vous en fonction de vos envies et de l’espace disponible : soit planter les semis directement dans le pot de destination, soit privilégier le recours à une mini-serre ou à des pots spécifiquement conçus pour la germination. Il est vrai qu’installer vos semis directement en pot peut sembler être un gain de temps : vous n’aurez pas à rempoter vos pousses une fois qu’elles seront prêtes à être installées dans un pot aux dimensions plus généreuses. L’utilisation de mini-serres ou de pots de germination est également très pratique, puisqu’elle permet de réunir tous vos semis dans un seul et même endroit, tout en leur apportant la sécurité et la chaleur nécessaire à leur bonne croissance.

La période de plantation

Puisque vous optez pour une culture en intérieur, vos pousses ne seront pas exposées aux éléments (pluie forte, gel, canicule, vents violents, etc.), il est donc possible de débuter la plantation quand vous le souhaitez. Cependant, pour maximiser vos chances de réussite, nous vous recommandons de vous référer à un calendrier des semis , qui pourra vous indiquer quelle période de l’année est la plus propice à la plantation de vos graines en intérieur. Par exemple, la laitue préfère une plantation à la mi-avril, tandis que les petits piments et poivrons préfèreront le mois de mars. À vous donc d’adapter votre période de plantation en fonction des particularités de vos plantes !

calendrier semis potager interieur

Étape 5 : Entretenir son potager d’intérieur

💧 Arrosage

La question de la fréquence d’arrosage est bien souvent épineuse pour les jardiniers débutants : impossible malheureusement de fournir une réponse générique à ce sujet, car cela dépend grandement du type de plante concernée, de la chaleur, de l’humidité ainsi que de la luminosité dont profite votre pousse .

Cependant, plusieurs règles peuvent être observées pour vous assurer la réussite de votre projet :

  • D’une manière générale, il est préférable de priver un peu votre plante d’eau puis de l’arroser généreusement (sans la noyer !) plutôt que de lui apporter de l’eau par à-coups. Ceci, sans laisser la terre se dessécher complètement.
  • Si vos plantes sont encore au stade de petites pousses (durant les 2 premières semaines environ de leur croissance), apportez-leur de l’eau en faible quantité (de l’ordre de deux grosses cuillères à soupe d’eau), environ trois fois par semaine.
  • Lorsque vos plantes sont plus développées, vous pourrez alors adapter l’arrosage en fonction de leurs besoins spécifiques. Pensez à vous les noter sur une petite fiche pratique ou une pancarte accrochée directement sur le pot !

Concernant le mode d’arrosage, privilégiez l’utilisation d’un arrosoir qui vous permettra d’apporter de l’eau directement sur la terre. Ici encore, tout dépend du type de culture dont il est question, il est donc nécessaire de vous renseigner en profondeur sur les besoins spécifiques de chaque plante de votre potager intérieur.

Vous avez également la possibilité de vous orienter vers un système d’auto-arrosage, qui distribuera de l’eau de manière régulière à vos plants. Attention également ici, car ce système ne convient pas à toutes les cultures : veillez donc à vous orienter vers un produit adapté aux besoins spécifiques de chaque pousse de votre potager.

🌱 Fertilisation

La fertilisation est une étape indispensable pour la culture de votre potager d’intérieur : la terre utilisée n’étant pas nourrie, aérée et renouvelée de manière naturelle. Nous vous recommandons évidemment de vous orienter vers des engrais naturels.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Les engrais issus des déchets domestiques : une belle manière de valoriser vos déchets (la planète vous dit merci !) tout en donnant un petit coup de pouce à votre potager. L’eau de cuisson de vos légumes (bios !), les coquilles d’œufs, peaux de bananes et marcs de café sont autant de possibilités de fertilisation naturelles, à apporter bien entendu avec parcimonie.
  • Les engrais tout faits : cette option est très certainement la plus simple. Vous pouvez alors vous orienter vers un engrais potager bio, qui apportera à vos pousses tous les minéraux essentiels à leur bonne croissance.

Chaque plante possédant ses propres besoins, nous vous recommandons ici aussi de vous renseigner au préalables sur la fréquence d’utilisation recommandée ainsi que sur le type d’engrais le plus adapté.

✂️ Taille et entretien

La taille de vos pousses est recommandée afin d’encourager autant que possible la croissance des éléments de votre potager. Ce geste s’effectue en fonction des particularités de votre plante. Voici quelques exemples :

  • Sur un pied de tomates cerise, il sera nécessaire de tailler les gourmands, bien trop énergivores pour votre plante, et qui risquent de freiner sa production de fruits.
  • Le fraisier appréciera le pincement des certaines tiges, afin de limiter la production des stolons, une tige rampante qui tend à s’enraciner afin de créer de nouveaux pieds.
  • Les herbes aromatiques apprécieront davantage une coupe des tiges ne donnant pas de feuilles, ainsi que le retrait des feuilles mortes.

Une fois de plus, il sera nécessaire d’adapter la taille en fonction des spécificités de chacune de vos plantes. En cas d’apparition de moucherons, d’araignées rougs, de mouches blanches ou encore de cochenilles et de maladies variées, privilégiez une gestion écologique de la situation en vous orientant vers une solution naturelle (savon noir, etc.).

Étape 6 : Récolter et utiliser ses plantes

Quand et comment récolter ?

C'est bien sûr l'étape qui va vous rendre fière ! Celle où vous allez récolter vos propres plantations.

La récolte de vos fruits, légumes et plantes aromatiques s’effectue de manière régulière, afin d’inciter vos plantes à toujours poursuivre leur production. Habituellement, il est très facile de savoir quand récolter le fruit de votre dur labeur, car une plante prête à être récoltée affiche un fruit bien rouge, des feuilles généreuses (dans le cas des plantes aromatiques), ou encore un légume de taille acceptable.

Pour réaliser une récolte sans endommager vos plantes, privilégiez la manière douce. Les tomates cerises, par exemple, se détachent très facilement lorsqu’elles sont arrivées à pleine maturité lorsqu’on les soulève gentiment avant de les faire pivoter sur elles-mêmes. Si vous ressentez une trop grande résistance au moment de la cueillette, mieux vaut alors attendre un jour ou deux.

Utilisation en cuisine

Les idées de recettes utilisant les herbes, fruits et légumes cultivés ne manquent pas : vous pouvez tout simplement les utiliser de la même manière que ceux achetés dans le commerce. Croquer vos radis à l’apéritif, parsemer vos pâtes fraîches de délicieuses tomates cerises, déguster un houmous maison avec des mini-carottes, vous amuser à réaliser un pesto maison avec les feuilles de votre basilic… Les idées ne manquent pas !

Pour éviter tout risque de gâchis, n’hésitez pas à vous montrer inventif : faire sécher vos herbes fraîches pour les conserver en pot, cuisiner une sauce tomate maison à congeler, blanchir vos légumes avant de les ranger au congélateur… à votre guise !

Du choix de vos plantes aux techniques de récolte, vous voici à présent parfaitement informés de toutes les astuces et informations primordiales à connaître avant de vous lancer joyeusement dans l’univers de la création d'un potager d’intérieur dans votre appartement. Si malgré toute votre bonne volonté vos efforts ne paient pas tout de suite, soyez patient : le potager est une véritable leçon d’humilité et un encouragement permanent à la curiosité. Essayez, trompez-vous, apprenez, réessayez. La victoire n’en sera encore que plus appréciable, vous pouvez nous croire !

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,